Saison #3

22 octobre 2021

La santé

Le féminisme, c’est bon pour la santé !

 

Le poids des tabous pèse encore très lourd sur la question de la santé des femmes. L’espérance de vie, qui leur est globalement favorable dans les pays économiquement développés, a pu faire office d’écran pour masquer certaines réalités en matière de santé.

Des maladies sont sous-diagnostiquées. Des stéréotypes bien ancrés excluent les femmes des essais cliniques et des recherches sur certaines maladies. Les inégalités sociales, dont elles sont majoritaires à subir les conséquences, retardent ou empêchent l’accès au soin. Paradoxalement, elles occupent les premières lignes de la prise en charge, comme les derniers mois l’ont crûment mis en lumière.

Inutile d’enfoncer le clou : dans le domaine de la santé comme ailleurs, les hommes et les femmes ne sont pas logé·e·s à la même enseigne.

Depuis quelques années, le sexisme du parcours médical est dénoncé tous azimuts. Côté soignantes (#PayeTaBlouse, 2017) ou côté patientes (#PayeTonUterus, 2019), l’heure est à la prise de conscience et cela porte ses fruits :  rapports du Haut Conseil à l’Égalité appelant à Prendre en compte le sexe et le genre pour mieux soigner en 2020 ou encore de la Haute Autorité de Santé intitulé Sexe, genre et santé la même année… 

Tous ces signaux mobilisateurs tendraient à démontrer que le féminisme, c’est bon pour la santé !

D’autant qu’on peut aussi peut-être en voir d’autres, des signaux, dans la promotion, majoritairement féminine, de certaines approches de santé globale ou éco-féministes qui font le lien entre santé et environnement et qui se préoccupent de convaincre que la santé, n’est pas qu’une affaire de femmes…

C’est une évidence. Mais ça va mieux en le disant.

Au programme

8h30-13h30

Une matinée ouverte à tou·te·s pour changer les idées sur l’égalité femmes-hommes.

Muriel Salle
interroge la façon dont se construisent les savoirs médicaux

Sabrina Debuscat 
arrête la pilule et explique pourquoi

Patricia Lemarchand 
démontre les inégalités d’accès aux soins

Judith Aquien
sort du silence les trois premiers mois de grossesse

Élise Thiébaut
détecte, derrière le tabou des règles, le récit d’un savoir, d’une culture, d’une puissance…

Marie Bécue
est convaincue que santé et féminisme font bon ménage

Quand Anaïs Bourdet,
elle, s’interroge après un burn out militant

Mounia El Kotni
propose une exploration féministe du cancer du sein avec Maëlle Sigonneau

Juliet Drouar
questionne le genre en matière de santé

Camille Tallet
présente
son nouveau manuel anti-douleur du sexe féminin avec Elise Thiébaut

La suite au fur et à mesure…