La Fédération régionale du Planning Familial des Pays de la Loire fédère et gère l’articulation entre les associations départementales de la région, ainsi que la Confédération.

Le Planning Familial est un mouvement féministe d’éducation populaire qui lutte pour une société fondée sur l’égalité, la mixité, la laïcité et le respect des femmes et hommes dans le combat contre les inégalités sociales et les oppressions.

En Pays de la Loire, 4 associations départementales poursuivent ces missions à travers des CPEF (Centre de Planification et d’Éducation Familiale dans le PF44 et le PF 53/72), et des EVARS (Espaces Vie Affective, Relationnelle et Sexuelle PF44, PF49, PF53/72 et PF85).

Les différentes missions consistent à :

  • accueillir le public pour des consultations médicales et avec des Conseillères conjugales et familiales,
  • animer des séances pour les jeunes,
  • former les professionnel.le.s
  • et faire du plaidoyer politique pour la défense des valeurs autour de la vie affective et sexuelle, et la lutte contre les violences sexistes et sexuelles.

[Ciné-débat] « Mon nom est clitoris », qu’est-ce qu’on apprend (pas) à l’école ?

Projection suivie d’un échange avec Daphné Leblond co-réalisatrice et Marguerite Jossic

Toutes les protagonistes du film en témoignent : aucune n’a jamais entendu parler du clitoris à l’école. C’est le point de départ du film de Daphné Leblond & Lisa Billuart Monet récompensé par le Magritte du Meilleur Documentaire (l’équivalent belge de nos César). Mon nom est Clitoris (2020) donne la parole aux femmes, à des jeunes filles âgées entre 20 et 25 ans, qui lèvent le voile sur leur sexualité. Daphné Leblond et Lisa Billuart Monet, les deux réalisatrices ont établi un pacte de confiance avec leurs protagonistes, dans lequel le choix du cadre des entretiens, leur chambre, y est pour beaucoup. Elles précisent : «Le nommer, c’est le faire exister, dans l’esprit comme dans le corps, dans la pensée comme dans la sensation. Dans le film, on souligne le pouvoir performatif du langage. Ne pas prononcer un mot, c’est invisibiliser la chose qu’il désigne.»