Crédit photo : Brunet & Monié photographie

Clémentine Lemaire

A son arrivée à Nantes il y a 5 ans, elle a souhaité remettre ce qui était profondément important pour elle au cœur de sa vie. C’est ce qui l’a poussée à s’investir dans le réseau des Fameuses, et plus particulièrement sur le Printemps des Fameuses (ses deux dernières années professionnelles parisiennes ayant été consacrées notamment à la direction de projets événementiels comme TEDxParis) et donner ainsi une expression à ses convictions féministes et politiques. Elle est par ailleurs depuis 2019 la co-créatrice de Club Culotté, une entreprise avec laquelle elle active la voix, intérieure et extérieure, et la puissance politique des badass engagé·es et utopistes, en tant que coach professionnelle certifiée.

Crédit photo : Brunet & Monié photographie

Clémence Leveau

Installée à Nantes depuis deux ans et demi après avoir travaillé sur la question de l’égalité professionnelle pendant 8 ans au sein d’Elle Active, elle a rencontré le magazine Femmes Ici et Ailleurs, avec qui elle collabore en arrivant dans l’Ouest. Elle a ensuite fait la connaissance de l’équipe des Fameuses, qu’elle a intégrée en 2020 pour coordonner la partie OFF du  festival. En parallèle, elle a lancé son activité de créatrice et animatrice de contenus sur les questions féministes.

Crédit photo : Brunet & Monié photographie

Maud Raffray

Depuis son arrivée à Nantes en 2004, elle travaille dans le domaine des politiques publiques culturelles. En 2013, lorsqu’elle était secrétaire générale du VAN, elle a commencé à s’impliquer au sein du collectif Les Fameuses. Il y a près de 4 ans, elle a mis cet enjeu sociétal au centre de sa vie en créant le métier d’activatrice d’égalité femmes-hommes auprès des professionnel·les de la culture.

Crédit photo : Brunet & Monié photographie

Eric Warin

Professionnel des médias et homme de réseaux, il dirige le CCO d’où est partie l’initiative des Fameuses en 2012 au moment de la  loi Copé-Zimmermann. Dans ces lieux de rencontres et d’influence, il déplore le fait que les femmes étaient toujours minoritaires et considère que ce n’était ni juste, ni représentatif de notre société, ni fidèle à notre époque, ni opportun. Il voit aussi l’égalité femmes-hommes comme un levier de transformation sociétal qu’on sous estime.