20 mars | Parcours société

JEANNE BURGAT-GOUTAL

Agrégée de philosophie et professeure de yoga

Jeanne Burgart Goutal est professeure agrégée de philosophie et enseignante de yoga. Elle mène depuis près de dix ans une recherche sur l’écoféminisme, mêlant approches théorique et vécue, d’abord à travers les livres puis à la rencontre de personnes et collectifs qui tentent de donner corps aux idéaux écoféministes, de Paris au nord de l’Inde en passant par les Cévennes. Elle a publié plusieurs textes de référence sur le sujet, dont Être écoféministe (L’Echappée, 2020). Désireuse de tisser des passerelles entre les univers, elle tâche d’introduire au coeur du système scolaire des pratiques des pratiques de transformation, et de porter la philosophie dans des contextes variés.

L'écoféminisme : quelles questions ?

Depuis quelques mois, on redécouvre l’écoféminisme. Déferlement médiatique des « sorcières », essor des cercles de femmes, multiplication des croisements entre questions de genre et d’environnement dans le discours public… Mais autour de cette vogue, une profonde méconnaissance du mouvement écoféministe, beaucoup de simplifications et de malentendus.

Qu’est-ce que l’écoféminisme, au-delà des clichés ? Quelle est l’histoire de ce mouvement né dans les années 1970, déjà marquée par des luttes, des discussions, des échecs et des succès ? Pourquoi relier féminisme et écologie ? Les femmes seraient-elles « plus proches de la nature » ? Y a-t-il un rapport entre domination masculine et destruction de l’environnement ? Faut-il « abolir le patriarcat » et resacraliser la Terre-Mère pour résoudre la crise écologique ? Autant de questions que cette conférence abordera, dans un esprit ouvert au débat.